Logo Kanton Bern / Canton de BerneDirection des travaux publics et des transports
  • de
  • fr

Correction des eaux du Jura

Grâce aux deux corrections des eaux du Jura, le Seeland est aujourd’hui une région peuplée et prospère où il fait bon vivre. Mais il y a 150 ans à peine, il était régulièrement le théâtre d’inondations dévastatrices. Le pays était marécageux, les récoltes maigres, la pauvreté le lot commun et le risque d'épidémies élevé.

Première correction des eaux du Jura de 1868 à 1891

Avant les corrections des eaux du Jura, l’Aar s’écoulait d’Aarberg en direction du nord, sans se jeter dans le lac de Bienne. La région des trois lacs du pied du Jura jusqu’à Soleure était donc marécageuse et souvent inondée. Cette situation ne pouvait plus durer et il fallait faire quelque chose. Forts du soutien de la Confédération, les cantons de Berne, Fribourg, Vaud, Neuchâtel et Soleure ont procédé entre 1868 et 1891 à la première correction des eaux du Jura qui comprenait principalement les travaux suivants:

  • Déviation de l’Aar depuis Aarberg dans le lac de Bienne via le canal artificiel de Hagneck (1)
  • Correction, canalisation et creusement des lits de la Thielle (2) et de la Broye (3) entre les lacs
  • Accroissement de la capacité d’écoulement à la sortie du lac de Bienne par la construction du canal de Nidau-Büren (4)
  • Abaissement du niveau des trois lacs d’environ 2,5 mètres
  • Construction d’un ouvrage simple de régulation sur le canal de Nidau-Büren

Par ailleurs, un vaste réseau de canaux (5) a été réalisé pour assécher le Grand-Marais et d’autres secteurs. Après de longues années de travail, le terrain a été amélioré et transformé en terres cultivables. 

Deuxième correction des eaux du Jura de 1962 à 1973

Dans l’ensemble, la première correction des eaux du Jura a été une belle réussite. Mais peu de temps après, les soucis et les conflits d’intérêts ont repris de plus belle. Les nouvelles terres, asséchées et cultivées, avaient tendance à se tasser. Dans certaines régions, le risque d’inondation a de nouveau augmenté. En période d’étiage, le niveau des lacs du pied du Jura a baissé nettement en-dessous du niveau souhaité. Entre 1936 et 1939, le barrage de régulation de Port a été construit à titre de mesure anticipée de la deuxième correction des eaux du Jura. Les autres travaux ont été réalisés de 1962 à 1973, à savoir:

  • Construction de la centrale de Flumenthal avec ouvrage de régulation (1)
  • Protection des rives de l’Aar entre Büren a. A. et Flumenthal et élimination du verrou de l’Emme (obstacle naturel à l’écoulement) (2)
  • Elargissement et approfondissement du canal de la Broye, du canal de la Thielle et du canal de Nidau-Büren

La deuxième correction des eaux du Jura a permis de réduire davantage les fluctuations du niveau des lacs du pied du Jura : d’une part, le niveau des hautes eaux a pu être abaissé d’environ un mètre et d’autre part, il importait de relever de près d’un mètre les niveaux des basses eaux pour préserver la navigation, la pêche et le paysage.

  • Exposition sur la correction des eaux du Jura au Château de Nidau
  • Site Internet sur les 150 ans de la correction des eaux du Jura

Exploitation et entretien

L’OED assure l’exploitation et l’entretien lié à la correction des eaux du Jura.

Mandatés par la Commission intercantonale de surveillance de la IIe correction des eaux du Jura, l’OED veille à l’entretien du :

  • canal de la Broye entre le lac de Morat et le lac de Neuchâtel
  • canal de la Thielle entre le lac de Neuchâtel et le lac de Bienne
  • canal de Nidau-Büren entre le lac de Bienne et Büren a.A.
  • cours de l’Aar entre Büren a.A. et la centrale de Flumenthal

Les frais d’entretien sont pris en charge par les cantons de la IIe correction des eaux du Jura (Vaud, Fribourg, Neuchâtel, Soleure et Berne).

Sous la surveillance de deux commissions de suivi (représentants de communes), l’OED se charge par ailleurs de l’entretien lié à la Ire correction des eaux du Jura : canal de Hagneck, ancienne Thielle, Binnenkanal/Sägibach, cours de l’Häftli, Leugene et réseau de canaux secondaires du Grand Marais y compris le fonctionnement de ses nombreux barrages et vannes. Les communes et le canton se répartissent les frais d’entretien de la Ire correction des eaux du Jura.

Principes de l’entretien

Lors de l’entretien des grands canaux (Broye, Thielle, Hagneck et Nidau-Büren), l’accent est mis sur le maintien de la protection contre les crues à l’échelle suprarégionale. Pour les canaux secondaires, les systèmes d’irrigation et d’évacuation jouent en outre un rôle central. Il s’agit à l’aide de nombreux barrages et vannes et de mesures ciblées d’assurer la protection contre les inondations, de faire en sorte que l’eau d’irrigation agricole soit à disposition en quantité suffisante et de réguler le niveau de la nappe phréatique.

Outre l’aspect économique, l’environnement occupe aussi une place de choix. Grâce à un entretien approprié sur les plans technique et écologique, la nature est préservée, favorisée et valorisée. La faune et la flore caractéristiques du Seeland doivent pouvoir s’y développer. Aussi le service d’entretien de la correction des eaux du Jura apporte-t-il une contribution notable à l’aménagement du paysage dans une zone de détente prisée.

Contact
Melchior Dodel
Courriel
Tél. +41 31 633 38 34

Partager